ACCUEIL
  INSTALLATION
  PRESTATIONS
  NEWS
  PASCALE
  GALERIE
  NEWSLETTER
  CONTACT
     

 

Une belle histoire de famille

 

Après une carrière de cavalière qui l'a conduite à haut niveau. Pascale Dusseiller-Wolf préside avec son père Jean Noël aux destinéees du manège de Corsier, l'un des plus beaux centres équestres de la région lémanique niché entre les vignes et le lac.

 

Pascale Dusseiller-Wolff est à n’en point douter l’une des cavalières romandes les plus douées de sa génération. Une réussite à haut niveau suisse et international qui ne doit rien au hasard.

 

"Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours baigné dans le monde du cheval grâce à mon père qui a créé le manège de Corsier en 1964 sur la propriété familiale", raconte Pascale. Monter n’a pourtant pas toujours été une évidence pour elle."Enfant, j’étais déjà très attirée par les chevaux mais j’avais peur de les monter, dit la cavalière genevoise. A force de persévérance, elle finit par apprivoiser ses montures. A 13 ans seulement, elle met véritablement le pied à l’étrier en participant à son premier concours amateur.

 

Une carrière à haut niveau
Dès l’année suivante, les classements s’alignent. Tout s’enchaîne alors assez rapidement selon un parcours qui semble déjà tout tracé vers le haut niveau.

Pascale Dusseiller intègre très vite l’équipe suisse junior (15-18ans). Rentre ensuite dans la catégorie jeunes cavaliers (18-21ans) et ce qualifie pour le championnat d’Europe.

Le titre de championne suisse des jeunes cavaliers lui permet de rejoindre l’équipe suisse élite. Elle va alors participer à de nombreux prix des nations et obtient de nombreux classements S et grand prix (Coupe du monde Genève, Grand prix Zurich, et de nombreux grand prix à l’étranger).Si le saut d’obstacles est sa spécialité, ainsi que les six barres, la cavalière s’essaye également à la spectaculaire discipline de la puissance qui consiste à franchir un mur de plus en plus haut.

Elle y obtient d’ailleurs des résultats remarquables damant régulièrement le pion à ses concurrents masculins grâce à son hongre regretté Z Lamborhini qu’elle parvient à propulser à 2m20 de hauteur !

 

Transmettre son expérience
Malgré le temps qu’elle passe en déplacement et à l’entraînement, Pascale Dusseiller-Wolff a toujours su garder de l’énergie pour préparer de jeunes chevaux à la compétition et surtout, transmettre son art aux jeunes cavaliers du manège de Corsier. Ainsi, la question de sa reconversion ne s’est jamais vraiment posée au moment où, devenue mère de famille, elle effectue une pause à la compétition
.

C’est donc sans surprise qu’elle seconde désormais son père aux commandes du centre équestre familial. “Nous sommes très complémentaires”, explique Pascale. Mon père s’occupe de la partie campagne et de l’administratif. Je gère toute la partie équestre". Ainsi, l’expérience du haut niveau qu’elle a acquise pendant sa carrière est désormais au service des cavaliers de l’écurie.

 

Je donne des cours et je travaille aussi et surtout à structurer les élèves: fixer des objectifs, organiser le planning de la semaine ainsi que les entrainements, préparer les chevaux, j’accompagne les élèves aux concours et mon écuillère participe au suivi des jeunes", explique Pascale Dusseiller-Wolff. Un travail de longue haleine qui porte ses fruits puisqu’il a déjà permis à l’une de ses anciennes élèves de participer en Championnat d’Europe.

 

Elle entraîne actuellement plusieurs espoirs au niveau suisse et régional. Quand on lui demande si la compétition lui manque, Pascale répond avec une petite étincelle dans l’oeil qui en dit long: "Aujourd’hui, mes enfants sont jeunes. je peux ainsi me consacrer aux élèves et au travail des chevaux. Mais il ne faut jamais dire jamais!"